France

Femmes et médias en Palestine

Informations sur les médias en Palestine:

Les médias en Palestine ont passé par trois phases. La première phase, appelée la phase de la post-occupation en Cisjordanie et Gaza à partir de 1967 jusqu’à l’éclatement de la première Intifada en 1987, est caractérisée par l’abolition de toutes le formes de libertés par les israéliens, censure sur les médias et de privation des palestiniens en Cisjordanie et Gaza de la possession de tout type de média. La deuxième phase, comprenant la période entre la première Intifada, 1987 et l’avènement de l’Autorité National Palestinienne en 1994, est caractérisée par une concentration des émetteurs internationaux en Palestine qui ont permis l’accès des palestiniens dans l’industrie de la communication. Finalement la troisième phase, est caractérisée par la diffusion d’un plus grand espace de liberté d’expression et de la possession de plusieurs médias, bien que journalistes et certains médias ont été assujettis à formes de répression et suppression de la liberté d’expression et censure à la fois dans la bande de Gaza et Cisjordanie.

Femmes dans les médias :

Normalement, l’image de la femme dans les médias est présentée selon les classiques stéréotypes, comme un moyen de promotion des biens et comme corps à montrer pour attirer l’attention du publique. Par conséquence, le besoin de changer ces stéréotypes et de promouvoir une image réale et respectueuse de la femme dans les médias, soit pour les hommes soit pour les femmes, a souligné le rôle des femmes positivement pour représenter leurs activités et contribuer au développement et transformation de la société palestinienne à travers les institutions et networks où les femmes palestiniennes combattent pacifiquement pour leur droits et dignité, rejetant toutes les formes de violence et en contribuant au procès de développement de leur communautés et en transformant ces communautés en plus égalitaires et solidaires.

Les femmes palestiniennes sont en traine de participer à la lutte nationale à différents niveaux, quelque fois en payant le pris en perdant leur liberté ou la vie. D’ailleurs elles contrastent et combattent l’occupation israélienne ce qui implique un harcèlement quotidien et la démolition de maisons, la confiscation des terres et des déracinements d’oliviers, ainsi que les restrictions et les obstacles à la liberté de mouvement. Souvent, les femmes palestiniennes soufrent des restrictions et limitations pour partie des israéliens beaucoup plus que les hommes, surtout quand elles sont obligées à donner naissance dans les check point militaires israéliens ou en maisons sans les justes conditionnes hygiéniques et sanitaires et/ou docteurs qui peuvent les aider, étant ainsi privés de leurs droits fondamentaux. Malgré ces abus, les femmes palestiniennes sont en traine de résoudre leurs problèmes quotidiens et changer leur société sans être conscients qu’elles sont uniques et différents de ce type d’activités de l’abnégation. Aussi comme les médias ne se focalisent suffisamment sur aucune de ces activités déniés qui peut élargir le point de vue traditionnel sur eux.

 

À propos de nous                 

Histoire

TAM a été crée dans le mois de septembre 2003 par un groupe de femmes activistes dans le domaine du travail communautaire et des médias, et a été registrée en février 2004 selon la loi n.1 du 2000 des Organisations Civiles et de Charité Palestiniennes.

TAM a été fondée par un groupe de femmes actives dans les médias qui sentaient l’absence de programmes et matérielles informatives à propos de arguments sociaux et des femmes en Palestine. De leur profonde confiance dans l’importance des médias comme instrument essential dans le développement de communautés et de l’émancipation de femmes et de l’utilisation des médias pour le développement et la divulgation des concepts de genre, ce groupe de femmes a signé l’instauration de TAM en septembre 2003 basée à Bethléem bien que son travail couvre toute la Palestine.

Les tâches de TAM sont fondées sur quelques principes fondamentaux: droits humanes, genre, démocratie et justice, non-violence, dialogue, et veut combattre chaque forme de discrimination et veut protéger les libertés physiques, spirituelles et morelles et l’effective et active participation et créativité.

Mission et vision

Mission : on cherche une société dans laquelle les femmes peuvent communiquer et défendre leur droits et peuvent rejoindre leurs objectives et aspirations. On voit l’effective utilisation des médias comme instrument fondamental et moyen créative pour le développement communautaire de ces objectifs. À travers l’implémentation dans les programmes TAM de personnel qualifié en droits humaines et arguments de genre, et en collaboration avec les communautés locales, les femmes peuvent entrer et utiliser plusieurs plateformes pour protéger leurs droits.

Vision : rejoindre une société libre et démocratique, caractérisé par justice, égalité et respect des droits humaines et dans laquelle les femmes peuvent bénéficier des libertés et égalité et peuvent exercer leur droits complètement et sans discrimination.         

Objectives à long terme TAM :

1-Elever le niveau de savoir et conscience dans la communauté palestinienne concernant les questions des genre, avec une emphase en encourager les femmes à exercer complétement leurs droits.

2-Agrandire l’habilité des femmes du lieu et des outres groupes marginalisés à exprimer et à souligner les arguments qui les touchent à travers l’utilisation effective des médias à disposition.

3-Améliorer la représentation des femmes dans les médias et augmenter l’attention des médias locales environ arguments comme droits humaines et genre ;

4-Utilizer une large gamme de plates-formes technologiques pour commencer et soutenir le dialogue sur questionnes de genre et droits des femmes en Palestine.

Objectives et plan stratégique TAM (2011-2014)

Dans le but de rejoindre nôtres objectives à long terme, TAM a établi 4 objectives à rejoindre dans une période de 4 ans, 2011-2014. Ces objectives sont :

1-améliorer l’image des femmes palestiniennes dans les médias ;

2-renforcer les groupes marginalisés, institutions et leaders de communautés pour défendre et soutenir les droits des femmes ;

3-aumenter la participation des femmes dans la vie publique et dans la société ;

4-aumenter l’habilité de TAM en rejoindre sa vision et objectives dans un cadre de valeurs positives, étiques et culturels.

Structure de l’association :

TAM organisation structurel

L’assemblée générale est constituée par 25 membres, hommes et femmes, la plupart est un groupe de femmes leaders qui ont une forte présence dans la société, privilèges et excellence dans le camp politique, sociale, et des médias à niveau palestinien. Le Conseil d’Administration TAM est constitué par 7 membres (6 femmes et 1 homme) de différentes parties de la Cisjordanie avec une grande expérience dans les médias et le travail communautaire. Le Conseil est élu chaque deux ans selon le statut interne de l’organisation. En plus le Conseil se réunit au moins une fois chaque trois mois et/ou en cas de nécessité. Le Conseil d’Administration a aussi une profonde confiance dans le message et dans la vision TAM et ses membres aident volontairement dans la majorité des activités TAM ainsi qu’ils agissent comme des branches qui se prolongent dans les divers domaines de résidence…

Les employés :

Suheir Ismail Faraj

Suheir est la directrice général de TAM. Après avoir obtenu un diplôme en infirmerie, elle a choisi de retourner à sa vraie passion et de poursuivre une carrière en tant que photographe et cinéaste. Elle a une grande expérience en films et télévision, en plus d’être la directrice d’une série de courts et longs métrages vus dans le monde entier. Son travail récent comprend un film en noir et blanc appelé «The Ground», qui traite des questions de propriété foncière en Afrique du Sud. Suheir a aussi travaillé comme photographe pur agences internationales et TV par satellite, entre lesquelles l’ABC news. En plus, elle a travaillé comme trainer dans le cadre du tournage des clips vidéo. En fine, Suheir a reçu un prix de l’Institut International Arabe de Paris pour son film « Palestinian Diaries ».

Rifa’at  Adee:

Rifa’at Adee est un directeur de cinéma palestinien. Il détient un diplôme en direction de films à l’Université 6 Octobre en Egypte et a un diplôme en production cinématographique. Il travaille comme directeur et production manager en TAM. Précédemment, il a travaillé comme général manager dans la production TV et comme directeur de la station de télévision Ma’an News Network Palestine ainsi comme il a collaboré avec Palestine TV, la station satellitaire de la TV palestinienne et outres TV locales comme Al-Fajr Al-Jadeed (New Dawn) station de télévision de Tlkarem, et Shepherds TV à Bethléem. Adee a produit et direct une série de films, entre lesquels : “ Shobak Ankabot (Spider-nets)” pour TAM, les séries TV “Mazih fi Jad (Fun and Seriousness) ” et “SHOU FI MA FI (What is Up)” et les films “Awtar Majhoula( Unknown Chords) ”,  “An-Najah  (The Success)” et outres…

Salem Dera’wi:

Il a un diplôme universitaire en comptabilité de l’Université d’Alep en Syrie. Dera’wi travaille comme directeur financier en TAM. Il a acquis son expérience en travaillant dans différentes entreprises et institutions palestiniens et dans autres pays arabes.

 

Mohammed Fararjeh:

Il a un baccalauréat en comptabilité de l’Univerité Al-Quds Open. Farajeh travaille comme directeur administrative en TAM et comme trésorier pour l’institution Ibda’a (Creativity). Il a formé son expérience de travaille en TAM et en participant à plusieurs training courses et surtout il a participé aux « youth leadership training courses » organisés par ADVANCE.

Rasha Moussa:

Elle a assisté à l’Al-Quds Open University où elle a obtenu un diplôme en administration des affaires. Rasha travaille en TAM depuis 2007 en tant que coordinatrice de projets.

Victoria Shoukri:

Elle a un master en Health Administration et un baccalauréat en infirmerie de l’Université Al-Quds. Shoukri a travaillé comme infermière à l’hôpital Augusta Victoria à Jérusalem et dans la gestion de programmes sanitaires au Health Work Committees. Elle a participé à plusieurs training courses et elle était trainer en droits humaines, santé reproductive et sexuelle et questionnes de genre. Actuellement elle travaille comme conseiller pour les relations extérieures et collecte de fonds en TAM. Elle s’occupe de empowerment des femmes et de construire une approche participative fondé sur l’égalité et la protection des droits humaines.

Maha AL-Zghary:

Graduée à l’Université de Bethlehem en informatique, après une spécialisation en économie, elle a formé son expérience en participant à courses et trainings de programmation de sites web et outres. Elle a travaillé pour la compagnie Answar comme web designer et assistante d’administration. Actuellement elle travaille en TAM comme assistante d’administration, website designer et info technology manager.  

Lana Qumsiah:

A obtenu un master en « European Economy, International Finance and Institutions” à l’Université Tor Vergata à Rome. Elle a aussi un baccalauréat en comptabilité et administration des affaires à l’Université de Bethlehem. Elle a travaillé pour le Bethlehem Fair Trade Artisans comme responsable de vente. Actuellement elle travaille en Women Media and Development/TAM pour un projet appelé : «Women, generating incomes, creating new democracies » comme coordinatrice.

Sawsan Kanaan:

Elle est spécialiste en questionnes de genre pour le programme PCID (Palestinian community infrastructure development) pour ANERA, avec qui TAM est partner principal, avec le but d’integrer les questionnes de genre dans le PCID. Avant elle a travaillé pour le Palestinian Capital Market Authority pour cinq ans. En plus elle a un master en Gender et Development Studies de l’Université Birzeit.

Lubna Alfares

Elle est spécialiste en questionnes de genre pour le programme PCID (Palestinian community infrastructure development) pour ANERA. Elle a un master en Institution building et développement humaine de l’Université de Jérusalem Abu Dis et un baccalauréat en Service Social, et en plus elle a aussi un diplôme de l’Université National An-Najah sur les questionnes de genre et de la recherche procédurale et un diplôme en Service communautaire (SOUTHERN Illinois University) en coopération avec UNRWA. Elle a travaillé comme program coordinator pour le Women’s and Gender de l’International Relief Agency et a participé à beaucoup de courses et trainings, comme : planification de genre et développement, analyse de genre et outres arguments dans le camp de la gestion et supervision, la planification stratégique, métrologie administrative, et les arguments relatives aux accords internationaux sur les femmes et les personnes avec invalidités.     

khaldoun Abu Ayyash:

Il est spécialiste en questionnes de genre pour le programme PCID (Palestinian community infrastructure development) pour ANERA. Il a un baccalauréat en éducation et elle a travaillé pour beaucoup des institutions locales et internationales en plus de plusieurs organisations comme : l’International Foundation to Save the Children, ANERA, le Ministère de la Planification et de la Coopération International, et l’association palestinienne du Croissant-Rouge pour un programme sur la santé.

Amani Warasnah:

Graduée à l’Université Birzeit en littérature anglaise et traduction, elle a travaillé comme volontaire en TAM pour six mois et maintenant elle travaille comme assistent administrative pour le projet « to provide income-generating opportunities and economic empowerment of women to the strengthening of democracy », subventionné par l’Union Européenne.

 Il y a aussi un groupe de coordinateurs sur le champ.

Programmes et projets :

1-produccion media et dissémination

2-training et capacity building

Pour renforcer le rôle des jeunes et des institutions de base à soutien des questionnes des femmes et pour réduire le phénomène de la violence de genre.

Dans le mois de septembre 2013, TAM a conclu la Coalition des Jeunes pour le projet « High Risk » et a obtenu la collaboration du Catholic Relief comme partie du renforcement et participation de la société civile en trois villes d’intérêt : Hébron, Bethlehem et Tulkarm. Le workshop été forme par trois parties principaux :

1-developper une campagne de pression et de sensibilisation avec un logo unifie ;

2-determiner les partners, targets, decision makers, et les matériaux interactives pour l’implémentation de la campagne de sensibilisation contre la violence sur les femmes ;

3-definir les éléments de la coalition, les membres, les fonctions et comme construire les groupes d’aide, workshops, comme organiser meetings, préparer les activités et enfin, l’étude du Code Pénal, surtout l’article 340 sur meurtres et prétextes.

Workshop sur genre et infrastructures pour les employés TAM et ANERA

TAM a suivi un workshop PCID comme partie du projet pour le développement des infrastructures en Palestine, organisé pour les employés TAM et ANERA concernant l’intégration des femmes dans les infrastructures. Le workshop est commencé avec le discours de Linda Jarayseh, secrétaire du conseil TAM. Pour ANERA, Jamal Al-Aref, député régional et directeur de programmes en Cisjordanie, il a aussi assuré sur l’importance de relations entre les deux associations et de l’importance de l’échange des expériences surtout pour les questionnes de genre et infrastructures. Le workshop été formé par une série de sessions et trainings sur projets de genre dans les infrastructures, les politiques d’intervention, les mesures d’impact, etc…

En plus est très important que la directrice TAM Suheir Farraj, a été celle qui a facilité ce workshop avec l’aide de deux spécialistes de genre Lubna Al-Fares et Sawsan Kanaan. En fin, aussi Victoria Shukri, directrice des programmes TAM a travaillé pour l’organisation de ce workshop.

Training pour le corps administratifs dans les centres pour les femmes

Women media and development a organisé un training pour la capacity building de 18 femmes membres de l’administration de centres et communautés de différents associations comme : l’association Al-Zbeidat, les centres des femmes Al-Rashaydeh et Inab Al Kabeer. Le training est commencé le 18 avril 2013 et il est duré 24 heures. Le training concerné capacité de gestion et leadership, dialogue, networking, coordination, travail en équipe, préparation de réunions, planification de workshops et la relative implémentation, activité de screening de films et formation de groupes de volontaires.

Lina de Zbeidat a dit : « maintenant nous sommes plus forts pour prendre nôtres décisions et participer aux décisions politiques » ; Maha de Al-Rashaydeh a dit : «  J’ai gagné neuves habilitées : je sais comme préparer meetings et workshops de succès » ; Aran de Inab a dit : «  maintenant j’ai plus de opportunités de participer à la planification stratégique pour le centre des femmes Inab ».

3-Aumenter la conscience de la communauté

4-Lobbing and advocacy

TAM a organisé deux workshops dans la campagne contre la violence sous le titre : “La provocation est suffisante, criminaliser les assassinats des femmes

Dans « Nous sommes toujours ici », projet pour personnes avec invalidité, en collaboration avec Zahret Al-Quds à Al-Eizariya et As-Samu Centre Civile Communale à As-Samu, TAM a organisé deux workshops avec la participation de parents, volontaires, représentantes de la société civile et représentantes des municipalités. À Al-Eizariya a participé Mohammad Al-Khateeb, vice-président de la municipalité. À As-Samu, a participé le membre de la municipalité Jihad Al-Ratrwt. Ont été présentés spots sur adolescentes et harcèlement sexuel contre personnes avec invalidités. Ces présentations ont été suivies par discussions entre les participants. À travers le débat ont été abordés certains concept clés, comme le devoir des familles de protéger ses enfants, donné-leur amour et attentionnes.

En plus, les familles ont dit que leurs fis avec invalidités sont objet de violences verbales, physiques et sexuelles pour partie des outres. Ceci augmente la nécessité de connaissances de la société sur la manière de se rapporter avec personnes avec invalidités et pour les faire accepter de la société, parce qu’ils ont des droits.

La Coalition des jeunes antiviolences a conduit 15 workshops avec un unique message : « Stop tuer les femmes palestiniennes »

Pendant la campagne internationale « 16 jours de antiviolences contre les femmes » la coalition des jeunes antiviolences a organisé 15 workshops dans 4 provinces de Jéricho, Hébron, Tulkarm et Bethlehem. Les workshops ont été organisé par volontaires et membres de la coalition qui sont : Women’s Center for Legal Aid and Counseling, Woman’s Units in Provinces, Social Center for Training and Development and the Palestinian Conflict Resolution Center Wi’am. Les workshops ont eu lieu dans organisations de la société civile, écoles, villages marginalises et universités, avec la participation de centaines des femmes, hommes et jeunes. Le but était celui de présenter les moyennes diffèrent pour résister à la violence, en parlant des nouvelles sur violences et manières pour les éviter. La campagne est commencée le 25 novembre 2013 à Bethlehem avec une conférence appelée : « La provocation est suffisante, arrêter les assassinats des femmes ». Ces activités ont été partie du projet  « High Risk » idée par USAID et mis en œuvre par CRS sous le programme de Civil Society Promotion and Participation (CPP).

TAM a organisé un workshop concernant « violence sur les femmes » à Jéricho

Dimanche 17 novembre 2013, TAM a organisé un workshop concernant la violence contre les femmes à l’Université Al-Quds Open à Jéricho, réentrant dans le projet « High Risk ». Subventionné par USAID et mis en œuvre par CRS dans le programme Civil Society Promotion and Participation (CPP).

Le dr. Rateb Abu Rahma, président de l’Al-Quds Open University, a ouvert le workshop en remercient le publique, en confirmant l’importance des arguments choisies et de la disponibilité de l’Université à accueillir ces activités.

Le workshop est commencé avec la connaissance entre les participants, puis il y a eu une activité de brain storming pour faciliter la participation de tous les participants sur les arguments traités. On a parlé de violence contre les femmes et les effets psychologiques et sociaux dans leur vie. On a donné une définition des « différents types de violence sur les femmes », en utilisant quelques exemples. Le workshop en plus a rapproché les différents moyens possibles pour prévenir cette violence, et les participants ont donné leur point de vue. Finalement les participants ont reconnu l’importance de l’organisation de ces workshops, et ont formé un groupe de recommandations, la plus important concerne le rôle des jeunes en combattre la violence contre les femmes.

TAM a organisé un training concernant « Lobbying and Advocacy »

TAM récemment a organisé un workshop pour le staff et ses partners, concernant les stratégies de « Lobbying and Advocacy ». C’est partie d’une série des activités dans le projet « High Risk », idée par USAID et réalise par CRS dans le programme de promotion de la participation de la société civile.

Le directeur de la société a évoqué les objectives du training pour le staff, qui est en train de renforcer ses efforts de lobbying, advocacy, et est en train de faire campagnes sur ces objectives. L’importance des médias et de l’advocacy a effets importants pour la société palestinienne et permit aux organisations de renforcer leurs habilites. Pendant le training on a parlé de punts importants comme : les stratégies de lobbying et advocacy et comme organiser campagnes professionnelles. Pendant les activités les participants ont joué activités pour examiner leurs habilites en accomplir campagnes. À la fin du cours, les participants ont exprimé leur joie pour avoir participé au training, pour avoir acquis plusieurs capacités, nouvelles connaissances et nouvelles formes d’attitudes pour inter changer expériences et communication. En fine, les trois trainers ont recommandé qu’est essentiel organiser ces workshops, pour garantir la compréhension parfait de lobbying et advocacy et investir dans les avantages de la communauté palestinienne pour rejoindre ses objectives.

 

TAM a organisé une campagne d’advocacy pour les personnes avec handicap mentales

TAM a commencé une séries d’activités à Bethlehem, al-Eizariya et as-Samu dans la campagne « lobbying and advocacy » pour créer campagnes en défense des personnes avec besoins spéciales et leurs familles, dans le projet «  Nous sommes toujours ici », subventionné par la Swedish Organization for Individual Relief (SOIR). La campagne d’advocacy sera formée par TAM, sociétés partners et organisations de la société civile.

Premier meeting de la Coalition des Jeunes pour le projet High Risk

Jeudi 24 octobre 2013 le meeting de la Coalition des Jeunes pour le projet High Risk a eu lieu dans le siège TAM. Subventionné par USAID et implémenté par le Catholic Relief Service dans le projet de promotion de participation de la société civile. Pendant le meeting on a parlé des causes de succès des femmes contre la violence et des objectives et activités de la Coalition. Le rôle de chaque partner de la Coalition est celui de discuter le plan d’action de la campagne de promotion et d’encourager les decision makers pour arrêter la loi 340 du Code Pénal qui devrait considérer les assassinats accomplis selon le prétexte de l’honneur de famille, comme tous les outres crimes puni par loi et considérer ce crime come un argument de droit publique.

Les participants étaient : Victoria Shukri, directrice des programmes TAM ; Mohammad Jawabreh, project coordinator ; représentantes du Wiam Association and Community Training and Developing Center ; Lina Alzghari, représentante de l’union des femmes de Bethlehem ; l’avocat Fareed Alatrash, vice-directeur de l’Independent Commission for Human Rights ; l’assistante sociale Fardousn Abed Rabbo et Maha Abd Almaseeh, coordinatrice Tawasul. À la fine du meeting tous les participants étaient contents de l’atmosphère. Comme résultat du meeting, tous les participants ont confirmé leurs efforces pour rejoindre les objectives du projet, commencer à préparer campagnes, faire groupes d’aide et signer accord entre organisations partners.

TAM a conduit une campagne de sensibilisation et advocacy comme partie du projet “ Nous sommes toujours ici” avec handicapes

Comme partie du projet « Nous sommes toujours ici », TAM a conduit une campagne de sensibilisation et Advocacy avec handicapes et leurs familles, en plus de institutionnels de la société civile et un groupe de volontaires. Le but de cette campagne est celui de renforcer le procès décisionnel concernant les droits des handicapés. Les priorités sont : le droit au jeu, à l’éducation, à la protection et à l’intégration dans la communauté.

TAM a participé au workshop “Regional Initiative: UNSCR 1325″

TAM a participé au workshop « Regional Initiative : UNSCR1325 in the Middle East and North Africa » à Alexandria, ou ils étaient réunies 30 participantes de 8 pays du Moyen Oriente et Nord Afrique dans un workshop de trois jours pour inter changer expériences et stratégies pour travailler avec la résolution 1325 dans la Région.

 

 

 

Projets TAM

 

Projet de participation civile et politique des femmes

Ce projet a l’objective de renforcer trois communautés de base dans les régions marginalisées de Zbeidat, Inab Al-Kabera et Al-Rashaideh pour renforcer le rôle des femmes dans la vie publique et défendre leurs droits, pour changer leurs communautés et combattre la culture négative fortement radicalisé dans ces régions.

Projet “Still we are here”

Le projet a comme target un groupe de 44 personnes avec déficiences intellectuelles (30 de Bethany et Samu et 14 de Bethlehem) pour le rendre conscientes de leurs droits, apprendre nouvelles habilitées et découvrir leur potentielle. Le projet a l’objective de enseigner concept basiques de photographie, l’utilise de la camera, la réalisation de marionnettes et vidéos pour interagir positivement avec les outres et la communauté. Pour être capables d’exprimer leur point de vue, gagner confiance en soi même et être capables de se protéger. Le matériel produit sera utilisé en campagnes de sensibilisation et activités d’advocacy. En plus, ce projet est direct aussi aux familles de PWID et aux volontaires pour développer capacités d’advocacy et être actives défenseurs des droits de leurs enfants (éducation, travail, intégration sociale et participation).

Projet « I want to speak »

Encourage l’intégration de 14 ex-détenues femmes dans leurs communautés. Le projet veut encourager confiance en soi même et liberté d’expression. Veut augmenter la connaissance de la communauté sur les droites des femmes en prison et l’attitude sociale pour augmenter leurs futures opportunités d’éducation et travail.

Projet « Nous sommes les auteures du changement »

A l’objective d’établir 4 Centres Communautaires et trainings pour 60 femmes, concernant la participation communautaire, photographie, direction de films et montage. Il y aura films qui montrent la réalité des femmes et leur difficile travail.

Projet de sensibilisation contre la violence de genre

Sensibilisation contre la violence de genre et promotion de la participation des femmes en Palestine sont arguments centraux affronte dans un training avec 80 personnes importants de la communauté musulmane en Cisjordanie. Le focus du training était la prévention et la lutte contre la violence sur les femmes, surtout concernant les abuses sexuelles intrafamiliales. Ce projet veut promouvoir la connaissance et la nécessité entre les palestiniens de prévenir la violence domestique et les abuses sexuelles sur les femmes, surtout dans un environnement religieux. (En partnership avec le Ministere de Awqaf)

Projet AN-Nathra blog

A l’objective de donner aux femmes journalistes l’opportunité d’exprimer leur opinions concernant différents arguments, avec particulier attention au conflit, et comme il affecte différents aspect de leurs vies. En apprenant à créer un blog et écrire leur racontes sur les femmes pour qui veut l’écouter.

 

 

TAM On Facebook

wordpress youtube channel embed plugin